La Société d’Horticulture et son histoire

Un embryon de société d’horticulture voit le jour en 1841, fait des expositions de fleurs à partir de 1842, sombre avec la Révolution de 1848 et est pratiquement inexistant pendant tout le Second Empire.

La véritable création de la Société d’Horticulture remonte à 1883

En octobre 1883, un petit groupe d’horticulteurs blésois prend la décision de fonder une société d’horticulture pour le département de Loir-et-Cher, à l’exemple de ce qui existe déjà ailleurs en France.

Au cours de l’année 1884, onze séances fixent, et pour longtemps, le mode de fonctionnement de la société. Le maire de Blois, très favorable, accorde à la Société une salle de réunion au château. En février, le bureau définitif est élu. Georges Lebert devient le premier président de la Société d’Horticulture de Loir-et-Cher.
La société se réunit une fois par mois, le dimanche après-midi. Ces séances sont ouvertes à tous les adhérents mais seuls les membres du Bureau ont la parole. Des spécimens de fleurs, de plantes de serres, de fruits et de légumes remarquables sont présentés.

D’une grande curiosité intellectuelle, les membres du bureau croient au progrès de la science. Toute plante nouvelle, tout procédé nouveau de culture est essayé, testé, divulgué. Pour se tenir informée, la société s’abonne à des revues spécialisées. Une bibliothèque est créée. Un bulletin est diffusé.

Dès le début de son existence la société institue une pratique qui est restée une tradition, celle de la visite des jardins remarquables dans les propriétés. La Société, à l’exemple de l’exposition annuelle d’Orléans et de bien d’autres villes, organise une exposition les 3, 4 et 5 juin de la même année au château de Blois, dans l’aile Gaston d’Orléans. Les choses sont faites en grand, le château se transforme en un vaste espace paysager, l’exposition est impressionnante. Une pluie de médailles s’abat sur les plus méritants des exposants…
Grâce au travail et au dévouement des organisateurs, l’exposition est une réussite totale et la presse locale de l’époque ne tarit pas d’éloges en faveur de la société. 1 500 visiteurs se sont pressés pour admirer les réalisations.

La crise de 1898

Comme dans tout groupe, des amitiés, des intérêts, des jalousies naissent et se développent. Des rivalités souterraines entraînent finalement la démission, le 11 décembre 1898, de plusieurs membres. Les statuts sont alors modifiés pour remédier aux abus. Un nouveau règlement est adopté visant à mieux encadrer et contrôler le rôle et l’action du président et des membres du bureau. Ces modifications apportent une réponse à la crise qui avait failli entraîner la disparition de la Société.

Toutefois, tout ne rentre pas dans l’ordre. Les séances sont même parfois houleuses, surtout celle du renouvellement du bureau en décembre 1901. Des problèmes et des tensions subsistent. Ces épisodes ne sont pas sans conséquences. Le parti des mécontents, conduit par les démissionnaires, s’empresse de fonder ou de rejoindre une «Société Horticole» dissidente qui se maintient jusqu’en 1920.

A la suite de l’intervention du préfet, les deux sociétés opèrent alors une fusion définitive. La «Société Horticole» disparaît, la «Société d’Horticulture de Loir-et-Cher» garde son nom.

Fête des fleurs 1910 à Blois
La Halle aux Grains de Blois

La Société d’Horticulture pendant la Première Guerre mondiale

La guerre désorganise la Société, notamment en raison de la mobilisation de ses adhérents. De 280 membres en 1910, la Société ne compte plus que 166 cotisants en 1919. La guerre de 1914 a également appauvri les finances publiques et privées. Plus jamais les grandes maisons bourgeoises et les châteaux ne dynamiseront la Société.

L’entre deux guerres

Après la guerre de 1914, la Société reprend le cours de ses activités. Elle s’installe dans le palais-musée de l’évêché où elle côtoie la Société d’Histoire Naturelle avec laquelle elle noue des liens d’amitié. Ces deux sociétés créent un jardin botanique situé au niveau des sous-sols de l’ancien évêché.

La Société d’Horticulture pendant la Seconde Guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’activité de la Société d’Horticulture décroît même si des réunions ont lieu tous les trois mois. Elle participe également à plusieurs manifestations ayant pour but de venir en aide aux prisonniers et à leurs familles.

C’est seulement fin 1945 que la Société reprend le cours normal de ses activités.